Sobriété numérique, tous concernés !

Et si on apprenait à faire autrement ? Au-delà d’un constat, les dérèglements climatiques s’enchainent devenant ainsi des enjeux sociétaux.

Avec une hausse de 9% par la consommation d’énergie du numérique interroge. Les directions du numérique ( institutions, industriels etc.) savent que le numérique est un levier de développement économique et social. Les pays et les entreprises sont emmenées à entamer une transition numérique pour rester compétitifs.

La transition numérique est en outre souvent considérée comme un moyen de réduire la consommation d’énergie dans un grand nombre de secteurs. Pourtant, les impacts environnementaux directs et indirects (« effets rebond ») liés aux usages croissants du numérique sont systématiquement sous-estimés.

L’augmentation de la production d’équipements numériques nécessite des quantités croissantes de métaux rares, également indispensables aux technologies énergétiques bas-carbone, alors que des facteurs physiques, géopolitiques et économiques commencent déjà à limiter leur disponibilité.

Il est possible de la ramener à 1,5 % par an en adoptant la « Sobriété numérique » comme principe d’action. La transition numérique telle qu’elle est actuellement mise en œuvre participe au dérèglement climatique plus qu’elle n’aide à le prévenir. Il est urgent d’agir.

Venez découvrir les 11 ambitions de la Région Nouvelle-Aquitaine afin d’accompagner l’effort de transition en termes énergétique, écologique et agricole à l’horizon 2030.